Archives des voyages en Amérique

 

36 – Friedrich représente l’Europe aux États-Unis

Le dimanche 31 août 2008 par Oli

Friedrich commence à être célèbre de par le monde. Aussi a-t-il été invité à représenter le charme européen auprès des Américains par son fan-club US. En commençant par la ville de ……?allez, il vous laisse deviner à partir de cette photo:

Tea Party

Vous avez trouvé? …Une tea party, c’est donc Boston, évidemment! Donc départ pour Boston, à bord d’un gros avion, où Friedrich ne perd pas de temps et commence à bosser ses dossiers. Être en représentation, ça ne s’improvise pas.

P1000550.JPG Au boulot!

Arrivé à Boston, il faut savoir se poser un peu et prendre le soleil pour lutter contre le jetlag. D’ailleurs, 6 heures de décalage horaire dans le nez, ça assomme, on résiste pas longtemps à l’envie de faire une sieste.

En forme Dodo

Mais au moins, on est en pleine forme pour aller draguer de la Bostonienne le soir. Et c’est pas qu’un cliché: le charme européen, ça fonctionne!

Bostonienne

Evidemment, Friedrich pouvait pas jouer au bellâtre pendant tout le séjour sans penser à ses amis, et c’est plein de conscience qu’il est allé le lendemain même de son arrivée visiter l’Apple Store de Boston, le plus grand des Apple Stores.

Apple Store on Boylston Street

Faut dire que Friedrich n’est pas un bisounours, dans le genre. Il s’y connaît plutôt bien en machines d’Apple, il était même à la conférence mondiale des développeurs Apple, figurez-vous!

FriedrichWWDC

(Bon OK, il a l’air tout petit sur la photo, mais la WWDC, c’est grand, faut dire!) Et d’ailleurs, ça tombe bien, l’étape après Boston, c’était San Francisco.San Francisco, pour tout le monde, c’est le Golden Gate Bridge. Mais pour Friedrich, c’est un peu plus que ça. C’est aussi « La Fête A La Maison ». D’ailleurs, passer au Alamo Square, c’est un peu un pèlerinage pour lui.

Golden Gate Bridge Alamo Square

Mais bon le tourisme de masse, c’est pas trop son truc. Être entassés les uns sur les autres dans les endroits les plus courus de la ville, très peu pour lui. Des fois, il préfère s’isoler et contempler la vastitude de l’Océan pacifique.

Lions de mer Pacifique 

Autre endroit où on se sent tout petit, c’est dans la forêt de séquoias de Muir Woods. Idéal pour jouer à cache-cache, d’ailleurs.

Sequoia

Vous savez comment ça en impose, un séquoia? Ben ça en impose. On se sent tout minable, devant. Ça change des tilleuls de Berlin, croyez-moi!

dedans devant

Allez, c’est pas tout, cache-cache, c’est marrant 5 minutes, mais les visions européennes d’un ours en peluche, ça intéresse certainement beaucoup plus les militants du parti démocrate américain. Donc soyons au centre du monde, ne perdons pas de temps, filons à Denver pour préparer la Convention Démocrate qui va avoir lieu bientôt.

Denver

Avec un repérage des lieux où le pouvoir s’exprime: le Capitole de l’État, et le stade de base-ball, le Coors Field.

Capitole du Colorado Coors Field

Oh et puis au diable le Capitole du Colorado! Quand on est Friedrich, c’est le centre du pouvoir du monde qu’on veut, pas l’assemblée quelconque d’un des 50 États. Surtout que les démocrates n’ont aucune chance de passer. Allez, direction Washington, D.C.

Capitole Obelisque

Maison Blanche Lincoln Memorial

Quelle ville! Ça sent le pouvoir à tous les coins de rue! Je crois que c’est là que l’Europe mérite un ambassadeur comme Friedrich. Va vite falloir rentrer en Europe pour en faire part à ses confrères européens. Allez, on fonce à l’aéroport, juste un café au lounge puis on reprend l’avion. S’agit de pondre un rapport exemplaire maintenant. Soyons convaincants, et donc au boulot!

Lounge Au boulot

 

30 – Remise en forme à Cancun

Le mardi 29 janvier 2008 par Moloko

Voilà un an que Friedrich et moi avons débuté nos pérégrinations. D’abord un amusement qui devait être un one-shot s’est rapidement transformé en un multiple partenariat. Je me devais bien, un an après, de faire un check-up total de notre ami le globe-trotter et le remettre en forme pour ses nouvelles aventures à suivre.

C’est pourquoi je l’ai emmené avec moi à Cancun, Mexique, province du Yucatan, afin de lui redonner un coup de neuf.Avant toute chose, Friedrich a tenu a jeter un coup d’œil sur son blog afin de vérifier si les photos de son jour de l’an en Suisse avait été postées et, un café à la main, il s’est délecté de ces magnifiques photos dans la neige.

F_C_1_1.JPG

Un rapide examen dans le miroir ovale…pas de points noirs ni de ride prématurée…

F_C_2_1.JPG

Puis il s’est occupé de ses griffes…croyez moi, il en avait bien besoin!

F_C_3_1.JPG

Un p’tit coup d’anti-rides, prévention oblige!

F_C_4_1.JPG

Une séance de regonflage de la fourrure…

F_C_5_1.JPG

Et tout à sa mégalomanie galopante, il m’a une fois de plus montré qu’il savait parfaitement écrire son prénom…

F_C_6_1.JPG

Et voilà un ours tout prêt à aller se dorer la pilule sur la plage…

F_C_7_1.JPG

Nous lui avons trouvé un transat exposé plein sud et c’est parti pour une séance de bronzage…

F_C_8_1.JPGF_C_9_1.JPG

Allez Friedrich, prouve nous que tu étais bien au Mexique et goute moi à ces nachos avec cet accompagnemet de tomates, oignons et piment…épicé?

F_C_10_1.JPG

oui…bienvenu au Mexique 😉

 

27 – Friedrich hearts New York

Le samedi 29 décembre 2007 par Misteurème

Friedrich était heureux de revenir à New York City et profiter de la vie trépidante de la Big Apple.

Mario Friedrich MerzFriedrich Johns

Le but de ce voyage était avant tout de former notre ours à l’histoire de l’art contemporain. Pour ce faire, visite au MoMA (Museum of Modern Art), où Friedrich a pu admirer un igloo de Mario Merz, poser devant l’Amercian flag de Jasper Johns ou encore méditer devant les Campbell Soups de Warhol.

Friedrich vs. Warhol

Plutôt convaincu par ce qu’il a vu au MoMA, Friedrich a voulu continuer son initiation à l’art. Je l’ai donc emmené illico à PS1 dans le Queens où il a pu entre autres se mesurer à un autre ours de toute autre envergure, signé de l’artiste italienne P. Pivi. « Un ours en frou-frou..! Pff… Ca ne vaut pas mon beau pelage ! » m’a-t-il confié.

Friedrich vs. P.Pivi

Remis de cette première confrontation avec l’art made in US, nous avons déambulé dans les rues de l’East Village où nous nous sommes rendus compte que bon nombre des climatiseurs new yorkais sont en fait signés du nom de… Friedrich !!! Je me demande si notre ours n’aurait pas des actions cachées dans le marché de la climatisation…

friedrich_nypd.jpg friedrich_clim.jpg

Noël oblige, je me devais de montrer le Rockfeller Center et son célèbre sapin à notre ours qui a été très impressionné.

friedrich_rockfeller.jpg friedrich_rockfeller_xmas_tree.jpg

Après tant d’aventures dans cette grosse pomme, il fallait absolument que Friedrich teste la gastronomie locale. Je l’ai donc emmené chez Katz – l’institution du deli à NYC ! Il a pu goûter leur célèbre pastrami qu’il a dévoré, sans toutefois avoir d’orgasme… Mais si ! Souvenez-vous, la scène de Quand Harry rencontre Sally où Meg Ryan simule l’orgasme dans un restaurant new yorkais ! Et bien, friedrich était précisément à la même table.

Friedrich Pastrami Friedrich meets Sally

C’est sûr, Friedrich loves New York !

 

16 – La Caraïbe version Martinique

Le jeudi 14 juin 2007 par Moloko

Eh bien nous y voilà cher Friedrich. Après notre escapade à Pointe-à-Pitre, il était temps que nous terminions notre visite de la Caraïbe française. Oui je sais, j’avais oublié mon appareil quand nous sommes allés au marché de Fort-de France, mais chuuut…. si tu n’en touches mot, personne ne le saura… Du coup, tes lecteurs se contenteront de tes facéties dans l’hôtel et passeront à coté de tes roulades dans les ananas et autres fruits locaux…
Nous avons commencé notre journée/programme bronzage/ruinage du capital solaire par un petit passage par la plage publique et quelle ne fut pas notre surprise de constater que la plage était interdite aux chiens… mais pas aux oursons bien sûr!!! Un Friedrich tout fier de ne pas être un chien, ça méritait bien une photo!

friedrich-nest-pas-un-chien.JPG

Le temps d’installer mes affaires, je sentis comme un truc qui passait dans l’air… Friedrich regardait les voiliers avec envie et un brin de mélancolie… Nous en avons discuté et il m’avouait avoir très envie de monter un jour sur un de ces beaux voiliers que l’on voyait au large, mais qu’il avait un peu peur du grand large…

friedrich-regarde-les-voiliers.JPG

Alors que j’étais en train de papoter avec les autochtones qui étaient surpris de voir un si joli ourson sur leur plage habituellement peuplée de vacanciers lambda, j’entendis un cri au loin, un cri un peu affolé…. Où était Friedrich??? J’étais tellement occupé à faire des RP et à vendre l’adresse de son site, qu’il en avait profité pour combattre sa peur du large et avait pris la brasse d’escampette… Le bougre s’était réfugié sur une bouée… Allez sauveteur Moloko, à la rescousse du petit ours!

friedrich-sur-la-bouee.jpg

Ceci dit, Friedrich, il faudra que tu m’expliques comment tu as fait pour ne pas te mouiller un poil! Tu es waterpouf??? Si jamais ton père apprend que tu t’es échappé comme ça…je vais me faire marabouter le karma moi! Allez reste sur la plage et fais un paté, tu es puni!
Mais…mais!!! Friedrich!!! Tu sais écrire??? Quand as-tu appris? Ca grandit vite à cet âge là…

my-name-is-friedrich2.jpg

Après tous ces évènements, nous sommes retournés à l’hôtel pour nous reposer un peu à la piscine et là, Friedrich nous a fait un remake de starlette sur la croisette, et que je pose et que je pose…

friedrich-a-la-piscine.JPG friedrich-starlette.JPG

Les connaisseurs auront reconnu une partie de la Montagne Pelé en arrière plan.

friedrich-the-loveboat.JPG

The loveboat…Et pour finir en beauté, parce que je ne sais pas pourquoi mais autant avec les autres il est apparement toujours très sage, autant avec moi… je le retrouve la tête dans la poubelle à chercher du miel…

friedrich-la-tete-dans-la-poubelle.JPG

Je sens que je vais m’en prendre une moi si ça continue…je vais me faire épingler par la FRIEDRICH! Fédération de Répression des Incidents en Escale, Dérives, Risques et Irrégularités dans les comportements Hotelliers…

 

11- Un samedi à Death Valley, California

Le dimanche 25 mars 2007 par Martin Livingstone

« Y en a marre de Los Angeles! », voilà ce que n’a pas pu s’empêcher de me répéter Friedrich toute la journée de vendredi. Je dois dire que je partageais aussi un peu son point de vue alors je me suis demandé où nous pouvions bien aller. Je n’ai pas réfléchi longtemps, je connaissais un endroit qui lui remplirait les mirettes de souvenirs : la Vallée de la Mort. Je n’avais pas sitôt mentionné le nom de ce désert que Friedrich était déjà prêt à partir!

En voiture pour la Vallée de la mort

Vendredi, fin d’après-midi, nous prenons la voiture pour une longue route qui nous conduit à Lone Pine, Californie – à environ une heure de route de l’entrée de la Vallée de la Mort qui est aussi un Parc National américain. Nous passons la nuit dans un motel et, au petit matin, je retrouve Friedrich qui joue à « La petite maison dans la prairie ».

Lone Pine

9h du matin, en route Friedrich! Nous sommes au départ à 3000 feet d’altitude et nous prenons la route qui nous emmènera dans la vallée située au niveau de la mer. Ca monte, ça descend, ça tourne, Friedrich a mal au coeur mais je vois ses petits yeux qui s’écarquillent à mesure que le paysage grandiose défile. Finalement nous arrivons dans le désert qui, heureusement, n’est pas trop chaud en cette saison. Notre première étape s’appelle « Sand Dunes » et consiste, comme son nom l’indique, en dunes de sable dignes du Sahara.

sand-dunes-01.jpg

« Sympa », commente Friedrich mais son air blasé ne peut cacher les étoiles dans ses yeux. Nous continuons notre périple, faisons une halte pour saluer les poissons du ruisseau de Salt Creek et allons déjeuner sur le pouce à Furnace Creek avant d’attaquer les choses sérieuses. Avec en premier lieu : Dantes View.

dantes-view-03.jpg

dantes-view-01.jpg dantes-view-02.jpg

Face à ce paysage absolument grandiose et presque extraterrestre, Friedrich reste sans voix et demeure longuement à contempler l’immensité. Puis nous redescendons lentement de Dantes View. Un silence méditatif emplit la voiture. Autour de nous la roche se présente sous mille formes et couleurs différentes jusqu’à l’explosion magistrale de Zabriskie Point:

photo018.jpg zabriskie-point-01.jpg

La voix chargée d’émotion, Friedrich me remercie de l’avoir emmené jusqu’ici. Moi-même j’ai la gorge noué et je souris à voir la frimousse ravie de Friedrich. Je le prends par la patte et nous continuons notre périple jusqu’à la prochaine étape : Artist’s Drive où la roche ne sait plus quelles couleurs inventer:

artists-drive-01.jpg

C’en est presque trop, Friedrich frise l’overdose de bonheur tandis que moi je reprends mon souffle car je sais ce qui nous attend. Je connais la dernière halte et je l’appréhende tellement elle peut être bouleversante. Je regarde Friedrich dans les yeux. « Let’s go! » et nous nous rendons à:

BADWATER BASIN
lac salé situé à 85,5m sous le niveau de la mer

badwater-05.jpg badwater-04.jpg
badwater-02.jpg badwater-03.jpg

Là nous avons du tous les deux pleuré. Nous sommes restés deux heures à regarder l’immense et éternelle étendue blanche que nous avions admirée de haut, depuis Dantes View. Aucun de nous deux ne voulait partit, chacun face au vide gigantesque, occupé par ses propres pensées. Une telle impression de fin du monde ne peut laisser indifférent. Mais il fallait bien repartir car une longue route nous attendait. Le soleil s’apprêtait à bientôt disparaître et nous devions nous rendre à Barstow, notre étape nocturne avant de retourner à LA. C’est de là que j’écris cet article. Friedrich est dans son lit et dort paisiblement. De cette journée je garderai surtout une image en tête. Celle d’un petit Berliner Bär, qui ne voulait pas quitter Badwater, immense étendue salée au coeur de la Vallée de la Mort.

badwater-01.jpg